vendredi 12 août 2016

"LE BISTROT DES SAVEURS" à Castres ... Et plus avec affinité ...

Le bon goût au pays de l'Agoût

Castres
GPS ... "Dans 50 m vous êtes arrivé (ou ée, és, ées .. biffer mention inutile) à destination" ... et donc, là, comme prévu juste après la place Jean Jaurès haut fief du marché local ... sur ma droite, mes pupilles s'exclament en belles circonférences devant les maisons multicolores emblématiques de cette ville ... d'un caractère d'un ancien temps. Au XVIIme siècle, ces espaces étaient les demeures des tisserands, teinturiers, tanneurs, parcheminiers, qui travaillent la laine, le cuir et le papier. Âme garantie. 
Le temps de poser bagages dans ce charmant petit hôtel aux accents "Hôtel de la plage" en bord d'Agoût  pour une fin de journée et diner en terrasse. Si chaleureusement inspirant. 
Lumière apaisée d'une fin de journée ensoleillée.
L'occasion de relire mes classiques et de me préparer à découvrir une ville, une région qui jusqu'à l'ère 2016 restait encore pour moi inconnus au bas taillons.
Diner légèreté pour une réserve appropriée signée "Bistrot des Saveurs" moteur accélérateur d'un futur déjeuner charmeur.


Rdv rue Sainte Foy à Castres .. A première vue .. rien de particulier .. 
Et pourtant, engagez vous ... faites quelques pas ....
... et là ... là sur votre gauche, à quelques mètres "Le bistrot des Saveurs" :
Une devanture d'une discrétion marron glacée, avec toutefois un "Saveurs"  accrocheur sous les couleurs caution "Gault & Millau", "Fooding" et "Guide Hubert".
Peu de gourmandise à première vue ... mais croyez moi il cache bien son j'yeux.
Je pousse la porte et là ... Décalage oreilles bien en vue : un lieu clair, respirant dans les tons beige, rouge et or ... Parquet ... parfait.
Elégance.
Direct face de moi, la cuisine ouverte du chef Scott qui officie.
Le restaurant se prolonge par d'autres tables installées dans des petites alcoves,  toujours en prise photographique directe sur la cuisine ...
Ambiance un brin Or riant express du XXIme siècle :

Le cadre est contemporain et l'art de la table de très bon teint.
L'ouverture se poursuit un peu plus loin sur cour et cave fleurie : 
Toujours cette volonté de bon aire ...


Je prends place engagée dans une épopée de voyageur sav'heure !
On parle de "Mise en bouche" mais ici le terme de "Mise en sensations gourmandes" s'impose ... subtilement servi par l'atmosphère (Atmosphèèèère, atmosphères)  et un environnement couleurs et matières à la fois léger, artistique et un peu officiel. Marqué notamment par une ardoise japonisante placée devant chaque convive. Oeil accroché et sens alertés. Très prometteur. 


Le déjeuner de Madddaaaammme est servi ! :-)
Pour cette présentation parenthèse ... Je me tais ...  Je vous laisse savourer ...
Oeuf à la coque, mouillette de chèvre et sa crème glacée

Gambas légèrement épicée en papillotte de galette de riz, salade croquante, mousseline d'avocat, espuma aux carottes du pays, sorbet au curcuma

Filet de morue fraiche, cuit à basse température à l'huile d'olive, mousseline de légumes,  crème à l'ail des ours et radis rose d'Olivier Estève, morillons sautés

Oeuf imaginaire aux fruits de la passion et yuzu, biscuit de spéculos et ganache de chocolat blanc, noisettes caramélisées et feuille d'or 


Et pour accompagner ce repas, un verre du "Château La colombière", "Les jacquaires", vin du SO, appelation fronton. Un assemblage d'anciens cépages du sud-ouest. Le "Len de l'el"  généralement vinifié en moelleux mais aussi en sec et vin de voile. ... et le Mauzac, tous deux issus de la région de Gaillac. Vin consensuel, léger, floral et d'une belle fraicheur.




Chaque assiette est une solide composition de petits tableaux en 3D ... Le dressage est une poésie qui vient nous chercher, nous surprendre. Sa conception amène à respecter sa dégustation. Impossible de rester indifférent devant de tels chapitres. Des textures, des contrastes ... Ils sont le fruit d'êtres qui ont "l'oeil" ...  Arrêt sur image qui conduit à regarder chaque élément qui le définit ... Photographie et mise en scène des éléments qui les composent ... C'est très gourmand et un peu "impressionnant" aussi dans sa force de présentation. Couleurs, volumes ... Subtil et en même temps franc du collier ... des aliments très "vivants" dans leur qualité. Palpable. Assurance de manger du bon. De se faire du bien. Oui oui, ça se voit et ça se sent !

Un duo créateur, acteur, détecteur, diffuseur, fédérateur ..
Parf'humeur positive !

Né en Angleterre, le chef Scott suit sa formation en Grande Bretagne, vit plusieurs expériences à Londres (Intercontinental, Ritz, Savoy) et à Villeneuve-lès-Avignon (chez Jean-Claude Aubertin) qui l'amèneront à relever plusieurs défis et à affiner ses préférences ... Dans le sud, coup de coeur pour les marchés, les halles, les saveurs, les couleurs .. Il développe son goût pour les contacts personnalisés avec les producteurs ... Le chef lit beaucoup mais sa cuisine reste intuitive avec grand respect des produits du terroir, petites touches anglaises ici et là, rappel de ses origines ... Simon Scott s'exprime dans la liberté, l'autonomie ... Il aime les établissements à taille humaine qui lui permettent d'exprimer sa créativité sur le terrain. Son équipe est courte : 2 en cuisine, un stagiaire et un plongeur. (sans bouteille !) ... 

Sa rencontre avec Marie-Hélène, Castraise d'origine, se fait en Angleterre alors que le chef  est encore en formation.
En 2001, comme tous les ans, ils viennent en vacances dans la région et c'est alors que leur installation en France devient une évidence.
Ils créent un premier établissement "Bistrot des saveurs" à St Avit où ils resteront 7 ans avant de s'installer à Castres en 2009. 
En 2008,  le guide Michelin leur décerne une étoile qui leur sera retirée en 2016 sans aucune explication. Je vous promets que pour y avoir déjeuné, c'est totalement incompréhensible ... Peu importe,  le taux de réservation reste le même et c'est tout à fait justifié.
Le chef vit avec les saisons, son inspiration ... Ainsi danse : les menus changent très souvent, 1 fois par semaine au minimum et dames garnitures et sauces connaissent, quant à elles, des évolutions quotidiennes. Et, si balade la veille autour d'Aiguefonde*, on retrouve de charmantes demoiselles fleuries dans les plats comme ce fut le cas le jour où j'y suis allée :-)
Luxe tout personnel : "Le bistrot des saveurs" est fermé le week end pour permettre au couple de profiter du marché du samedi, de leurs amis ... Une rareté dans la profession ! ... 
Le chef, totalement investi dans sa région, est, notamment,  passionné de rugby ... le "Castres Olympique" veille sur tous vos plats ... Liens étroits avec les joueurs, entraineurs qu'il rencontre au marché et qui se font, bien sûr,  un plaisir de venir au "Bistrot des saveurs". On les comprend et on peut imaginer les bonnes soirées qui doivent s'organiser en ce lieu !


*Aiguefonde, les montagnes noires ...
Après ce déjeuner, cap sur Aiguefonde et les Montagnes noires pour découvrir et visualiser le paysage origine des petites fleurs par-semées sur mes présentations du midi. 
Pour moi, toujours plaisir fou de découvrir quelques pièces nouvelles de ce grand puzzle de  notre exact-gone ...
 Pour ce qui est du lieu précis de "cueillette" des fleurs,  j'ai essayé d'interviewer les Ovis aries locaux, mais rien à faire, Niet ! ... ils sont restés top silencieux : "C'est le secret du chef" ... m'ont ils répondu ...  Je respecte !
... alors, direction Les Montagnes noires, massif montagneux situé à l'extrémité sud-ouest du Massif central. Il sépare les départements du Tarn, de l'Hérault, de l'Aude et de la Haute Garonne ...
Son point culminant : le Pic du Nore à 1211 m (oui oui je sais, ce n'est pas le Col du Nore mais le Pic!)


Carpe Di Aime ...
Plaisir d'une parenthèse diversifiée. Elargie. Une bonne table, des partages avec le chef Scott mais aussi, une région, des paysages, des senteurs, des couleurs ... 

Ceux qui approvisionnent et animent le chef. Vision globale.
Mes Rencontres grand angle sont directement liées à une dynamique, à de l'authentique, un terrain. 
En entendre parler c'est bien, le vivre c'est mieux. Beaucoup mieux. Certains ingrédients dégustés se "personnalisent", se sensibilisent alors d'images, d'une atmosphère.  

Coup de coeur réel et immédiat pour le "Bistrot des Saveurs", le lieu, l'art de la table, les plats, les présentations, l'état d'esprit, les produits de la région,  les émotions créées ... Echanger avec le chef Scott humanise et donne du relief à l'expérience vécue ... 

De plus en plus, je tisse des liens entre la personnalité d'un chef, ses valeurs, sa façon d'aborder sa cuisine, ses équipes et ce que je vis en salle, lors de la dégustation. Cohérences entre l'homme et l'état d'esprit de l'établissement : proposer un menu déjeuner de cette envergure pour 25€ entrée, plat, dessert, verre de vin, et café compris est vraiment à noter sur ses tablettes.
Mon regret ? vivre si loin de Castres. ;-) pour poursuivre les dégustations saisonnières.
Un grand merci à Marie-Hélène et Simon Scott ...

... et au Tarn, son vert, son bleu, son vibrant, son naturel  ... 

... on the r'ode again ... :-)



5, rue Sainte Foy
81100 Castres
Tél : + 33 (0)5.63. 50.11.45
4 menus  de 28€ à 95 € et une formule déjeuner à 25 € entrée/plat/dessert verre de vin et café compris 
Fermé le week-end.
Sur réservation : cours de cuisine possibles avec le chef 



PS : Au fur et à mesure du "déshabillage de l'assiette", d'autres couleurs ingrédients tout aussi gourmands apparaissent et un ténor chantant s'exprime en violine ... 

Ps : un regard  sur ma droite ... mon pétale dessert sucrée répond au tableau mural  ... j'adore  ce clin d'oeil !

PS : Ai je aimé ? La question reste posée ! ;-)









 


PS : Un grand merci à Marie-Hélène et Simon Scott d'avoir accepté de participer à ma collection de PBT 

Frédérique Flori, Marie Hélène et Simon Scott, "Le Bistrot des Saveurs", Castres




lundi 22 février 2016

Nicolas LE RICHE et Clairemarie OSTA à ELEPHANT PANAME jusqu'au 29 mai 2016

Pas de deux
Etoiles
qui nous entrainent en m'odes pointes et demi-pointes dans un espace positif d'...


Elégance, Sensibilité, Expressions,  ...
 ... Discipline, Grâce, Rigueur ...
au 10 rue de Volney ...

Dès le rez de chaussée, dans la salle du Dôme, éclairages subtiles et tamisés nous plongent en grand jeté dans le monde esthétique et engagé de Nicolas et Clairemarie.

Univers spacial dédié à leur immense carrière de danseurs classiques au coeur de l'opéra de Paris et à l'international. 
Une sélection raffinement de costumes de Clairemarie fait face à quelques jusqu'aucorps de Nicolas sous une nuit de pétillements rougeoyants ...
Envolées légères et colorées de tutules brodés ...






Miroir, complémentarité, les 2 étoiles se rejoignent, en leur centre, sur un écran panoramique,  pour nous faire revivre quelques classiques en portées par leur duo alignement talent   ...

Tout autour, des photos tapissent la salle d'un arrondi agile et délicat.

On se sent aussitôt enveloppés et embrassés de leur univers.
Bienvenue dans l'excellence des pas de danses.


A l'étage, la première galerie nous fait vivre les années de formation de Clairemarie et Nicolas ...
Flashback ... les tout débuts de l'histoire ... 

Pas-ges à pas-ges ... 

Ecrits, objets personnels, dessins ... nous les rendent plus proches, les humanisent dans leur parcours d'efforts, de joies, de concours, d'avancées ... 
Si proches, le grand écart avec leur public se réduit ...


et puis deux albums photos qui, là aussi, se font face, comme pour partager leur dance-citées en nobles révérences  ... La rigueur, l'humilité, le courage mais également leur passion sont palpables.
1982 : à 12 ans, Clairemarie rentre au Conservatoire de Nice et reçoit le Premier prix du Conservatoire, 1988 rejoint le corps de ballet de l'Opéra de Paris, 1999 : 1ère danseuse, ... et l'étoile tant convoitée la touche en grâce le 29 décembre 2002 à l'issue d'une représentation de Paquita ... CM travaille avec Rudolf Noureev, Carolyn Carlson, John Neumeier, Jiri Kylian ...
Nicolas intègre le corps de ballet également en 1988, il n'a alors que 16 ans ... 27 juillet 1993 il est nommé danseur étoile par Patrick Dupont dans le rôle du prince dans Giselle. Nicolas travaille avec des maitres de la danse classique : Roland Petit, Rudolf Noureev, Maurice Béjart, ... mais également des chorégraphes contemporains qui créent pour lui : William Forsythe, Jiri Kylian, Mats Ek, Robin Orlyn ...



"L'idéal est de parvenir à un équilibre entre la performance physique et la poésie"
Clairemarie Osta


La deuxième galerie à quelques pas chassés de là nous projette dans les 2 rôles-titres marquants de la carrière de CMO et NLR. Là encore, chacun s'est intallé dans des espaces personnels qui se rejoignent en leur centre par la reconstitution de leur loge.
Nicolas Le Riche et "Le jeune homme et la mort"
Pour NLR, un "épanouissement à la fois personnel et en tant que danseur. Confiance, responsabilité, un niveau "d'éveil"pour accéder à l'inaccessible.
Paradoxe pour NLR : "J'ai dansé l'histoire du jeune homme qui va mourir et pourtant ce rôle est comme une naissance. Il fut initiatique".
Chorégraphie de Roland Petit (le mari de Zizi Jeanmaire qui avait dansé "Le jeune homme et la mort" avec Rudolf Noureev en 1966 et fils de Rose Repetto créatrice en 1947 des chaussons de danse permettant une plus grande aisance dans la pratique de ce sport .. L'histoire Repetto en 1 clic )

"Tu connais les pas, maintenant tu vas inventer la chorégraphie" 
Roland Petit à NLR pendant les répétitions
Du haut vol au sens propre comme au sens figuré.
Le jeu de Nicolas est intense, fort, remarquable, envivrant, bouleversant, puissant, léger, poétique, grave, touchant* ... 
Quelques détails du décors de Georges Makhevitch ici et là, illustrés par la salopette originale de Nicolas donne vie et matière aux photos exposées ... 

Clairemarie Osta et "L'histoire de Manon" 
Pour Clairemarie "L'histoire de Manon" a une place très particulière dans son parcours de danseuse : interprétée lors de sa 1ère saison dans sa carrière d'étoile, elle sera son dernier rôle dansé officiellement lors de la célébration de son départ de l'Opéra de Paris le 13 mai 2012.
"J'aime cette oeuvre, un format de ballet très libre dont la mise en scène et la chorégraphie sont propices au développement du personnage"
 Photo d'Eugénia Grandchamp des Maux / "Un monde flou - Manon"
 Emotion de voir LES chaussons de Clairemarie qui ont dansé Manon ... 
et puis ceux qui ont connu la joie, la consécration d'étoile !
C'est concret, réel !
PS : Simples pédestrians que nous sommes, nous n'avons pas la même définition du chausson ! ;-) ... 
à la maison, d'autres styles cabriolent !

Connecting-the-d'hostes ... les loges ... espace privé dédié à la concentration, la préparation avant d'entrer sur scène, avant de s'élancer dans la peau de son personnage ...
Chaussons, accessoires, costumes, lettres, effets personnels ... 
                                                               Tutu de répétition 

 Meuble loge Nicolas, Coiffe du cygne noir


Au 2me étage, Le Foyer les hôtes Clairemarie et Nicolas nous accueillent dans leur vie actuelle au coeur de leurs : rencontres, projets, couple ...

L'occasion de découvrir une création originale de Vincent Pérez.
 Une forêt de kakémonos de densité et de hauteur dignes de ce nom nous laisserait presque supposer que nos 2 étoiles sont là, parmi nous,  en train de danser  ...


Et dans une belle cohérence, Clairemarie et Nicolas se retrouvent, à nouveau, au centre dans une étonnante installation qui illustre les liens tissés avec les personnes qui ont nourri et nourrissent leurs vies de danseurs ..


Des malles pour des biens 
Pour que cette exposition voit le jour, Clairemarie et Nicolas ont donné accès à leur propre patrimoine : leurs archives, leurs malles à costumes, accessoires, leurs photos, souvenirs, objets, ... ce qui fait que cette exposition vibre d'une vraie âme ...
On sent, sait, voit que chaque objet, sujet présent est authentique, a vécu, dansé, transpiré, connu, perçu, souffert, aimé ... 
Ce qui rend l'ensemble beau ... Elégant ... Humain ... Vivant ... Pétillant ...
On se promène dans leur joli grenier sans poussière ... les sens chatoyés ... en éveil ...
Impressionnés de tant de simplicité accessible, de proximité, de facilité.
Le fait que Clairemarie et Nicolas soit un couple à la ville, rajoute un fertile relief émotionnel ... merveilleusement scénographié par Laurence Pustetto qui a valorisé, respecté l'état d'esprit et le parcours des deux danseurs.
Le parti pris d'espaces parallèles, miroirs, dans chaque galerie où Clairemarie et Nicolas se font face pour se retrouver en centres sous une couleur film, photos, loges crée une habile dynamique.
Un lien, un liant qui les unissent dans leur passion et leur carrière qui se poursuit depuis 2015 avec la création de LAAC -L'Atelier d'Art Chorégraphique- au Théâtre des Champs Elysées.
Eléphant Paname, centre d'art et de danse, co-fondé par Fanny Fiat, commissaire de l'exposition, donne aussi toute la légitimité et la force à cette exposition.
Une contribution cohérente.
Magnifique bâtisse érigée sous Napoléon III par l'ambassadeur de Russie en France, Alexis Soltykoff. Les salons sont de style second Empire.

Alors ...
En saut de biche ... 
Saut de l'ange ...
Saut de chat ...
ou plus communément en automobile, métro, calèche ou rollers ... 
Venez rêver à la belle "Etoiles" 
et recharger vos batteries 



"Etoiles" jusqu'au 29 mai 2016
à Eléphant Paname 
10, rue Volney, 75002
Du mardi au dimanche de 11h à 19h
4 dates évènements : 1er avril (spectacle "Autour 2"), samedi 9 avril (projection du film "Nicolas Le Riche"), mardi 10 mai ("Odyssée" dansé par Clairemarie et Nicolas) et vendredi 20 mai (Répétition + atelier) 
Pour acheter les places : billetterie@elephantpaname.com
PARA-LL-ÈLES (composition Matthieu Chédid) au théâtre des Champs Elysées les 11, 12 et 13 mars au Théâtre des Champs Elysées.


PS1 : l'amour et la passion de son métier rendent beaux, n'est il pas ? : soooooo fél'un et l'autre !


PS2 : bon, les filles, rassurez vous il n'y a pas que vous qui ayez un nombre remarquable  de paires de chaussures ... 
Merci Clairemarie ... et puis, je note que vous ne portez pas toujours des chaussons quand vous sortez ! Bien vu ! ça vous va bien aussi les pointes aiguilles !


PS3 : j'ai espéré que Nicolas prenne la pause kakémono de l'arrière plan ... et puis, non ! ... jamais très loin, la main ... mais non ... :-)

PS4 : Bon ok, chez Eugénia Grandchamp des Maux, les flous sont beaux et artistiques, chez moi, c'est une glissade numérique :-))) mais le coeur y est !


* : en clap de fin  ... Je ne résiste pas au plaisir de vous inviter à visionner ou revisionner : "Le jeune homme et la mort"... 18'36" de vraie prouesse dansée ... 


Et bien sûr ... après cette immersion rédaction ...
Un souhait : aller découvrir Clairemarie et Nicolas sur scène ...
Les rencontrer sur leur terrain de danse ... d'aisance ... des sens ...